Accueil triomphant pour Vital Kamerhe à Goma

Vital Kamerhe

Accueil triomphant pour Vital Kamerhe à Goma

Goma aime Vital Kamerhe. Malgré d’énormes averses, des milliers de Congolais se sont rassemblés, le 19 novembre dernier, à l’aéroport, dans les rues et au stade de la ville pour accueillir le numéro 5 sur la liste des candidats à la présidentielle en RDC. Comme un roi triomphant, Kamerhe se laisse porter sur un palanquin de l’aéroport au stade de la ville. Le long du parcours, la foule en liesse se presse pour voir celui qui, selon elle, doit être son nouveau président.

Par Anneke Verbraeken, Goma

La police, mais aussi son service de sécurité ont quelques difficultés à garder ses partisans à distance. A maintes reprises, ces derniers essayent de rompre le cordon pour s’approcher de Kamerhe. Et les gens perdent littéralement la tête lorsqu’il descend de son siège pour parcourir à pied les 400 derniers mètres qui le séparent du stade : un parcours dangereux, vu l’étroitesse des rues bondées de monde et les débris de lave qui les jonchent.
Paix et sécurité
Au stade, la foule se met à l’acclamer. Vital Kamerhe prononce les mots qu’elle attendait de sa part : qu’il apportera paix, sécurité et sécurité alimentaire. Et la foule exulte lorsqu’il déclare que Joseph Kabila n’a aucune chance. Il se compare lui-même à Charles de Gaulle, un général courageux en temps de guerre, qui a apporté la prospérité à la France après la Seconde Guerre mondiale…Il parle également d’un groupe d’ »hommes d’affaires » qui à l’origine payaient des taux d’intérêt élevés sur les comptes d’épargne, mais qui au bout d’un certain temps sont partis avec des millions, laissant les pauvres encore plus pauvres. Il s’agit d’une question importante pour les habitants de Goma. Ces derniers n’ont pas pardonné à Joseph Kabila – leur héros lors des précédentes élections en 2006 – de n’avoir soufflé mot sur la question dans son discours de 15 minutes quelques jours auparavant.
Un peu plus tard, dans son hôtel, Kamerhe fait part de son admiration pour un autre héros : l’ex-président Lula, du Brésil. Né dans une famille pauvre de paysans, Lula a apporté la prospérité économique au Brésil.

Partisans de Vital Kamerhe - Photo : Anneke Verbraeke -  © http://www.rnw.nl/afriquePartisans de Vital Kamerhe – Photo : Anneke Verbraeke – ©

  • Partisans de Vital Kamerhe - Photo : Anneke Verbraeke -  © http://www.rnw.nl/afriquePartisans de Vital Kamerhe – Photo : Anneke Verbraeke – © Partisans de Vital Kamerhe - Photo : Anneke Verbraeke -  © http://www.rnw.nl/afriquePartisans de Vital Kamerhe – Photo : Anneke Verbraeke – ©
  • Partisans de Vital Kamerhe - Photo : Anneke Verbraeke -  © http://www.rnw.nl/afriquePartisans de Vital Kamerhe – Photo : Anneke Verbraeke – © Partisans de Vital Kamerhe - Photo : Anneke Verbraeke -  © http://www.rnw.nl/afriquePartisans de Vital Kamerhe – Photo : Anneke Verbraeke – ©

Explosion de violences
Devant l’hôtel, des partisans attendent patiemment Kamerhe, dans l’espoir d’apercevoir leur héros. A l’intérieur même de l’hôtel Cap Kivu, des bénévoles, d’importants membres du parti et son équipe électorale discutent de l’accueil triomphant réservé à Vital Kamerhe. C’est avec une jubilation malveillante qu’ils parlent de la différence entre l’accueil qu’ont reçu le président Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi, tous deux en campagne électorale – coïncidence ou pas – quelques jours auparavant à Goma. Seules quelques centaines de personnes s’étaient rassemblées pour écouter Kabila, un peu plus pour Tshisekedi. Mais bien qu’il soit évident pour eux que Kamerhe a la majorité de la population du Nord-Kivu et du Sud-Kivu derrière lui, ils craignent les résultats de l’élection. Et ils sont convaincus que l’est de la RDC explosera si les résultats sont différents.

Ce même soir du 19 novembre, Vital Kamerhe s’entretient longuement avec des responsables de Goma, des membres du parti et des bénévoles. Mais il discute aussi du programme des jours suivants : Walikale et Bukavu. Il est plein d’énergie, après les accueils enthousiastes à Beni et Butembo, puis à Goma. Confiant en l’avenir, il évoque la possibilité que d’autres candidats le soutiennent la semaine précédant les élections du 28 novembre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s